Page d’Accueil À propos de la CPIDH Instruments juridiques Sessions Activités Articles & Etudes Médias Postes vacants
 
Accueil > Communiqués de presse
 

Message de la CPIDH à l’occasion de la "Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien 2017" appelle à la cessation de l'occupation israélienne en Palestine et à la protection de la diversité culturelle de la ville d'Al-Qods, en particulier la mosquée Al-Aqsa, contre toutes les tentatives israéliennes de judaïsation

Date: 11/29/2017

La Commission permanente indépendante des droits de l'homme de l'OCI (CPIDH) se joint à la communauté internationale pour commémorer la «Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien 2017» et souligne l'importance et l'urgence de mettre fin à l'occupation israélienne de la Palestine, qui est la cause profonde de toutes les violations systématiques des droits humains fondamentaux des Palestiniens, y compris ses droits fondamentaux à la vie, à la liberté du culte et à la liberté de mouvement. Au moment même où le monde commémore cette importante journée de solidarité, Gaza est toujours sous blocus, et 61% de la Cisjordanie est sous occupation totale et la mainmise des colonies israéliennes illégales.

Lors de sa 12ème session ordinaire (19-23 novembre 2017), la CPIDH a longuement discuté de la situation actuelle en Palestine et s’est déclarée vivement préoccupée par la détérioration de la situation des droits de l'homme due aux violences incessantes et croissantes perpétrées par les forces d'occupation israéliennes, aux exécutions extrajudiciaires, démolitions de maisons et autres violations systématiques au préjudice des Palestiniens innocents, y compris les femmes et enfants.

La CPIDH a mis en garde de manière répétée contre les tentatives israéliennes continues de saper la diversité socioculturelle d’Al Qods occupé, en dénaturant les caractéristiques physiques et démographiques pour en renforcer le cachet hébraïque au détriment de son identité islamique et chrétienne. La Commission insiste sur l'identité de la mosquée Al-Aqsa en tant que site sacré exclusivement islamique et rappelle toutes les résolutions antérieures de l'UNESCO concernant la vieille ville d'Al Qods et ses remparts, qui contestent toute souveraineté israélienne sur Al-Qods ; condamnent sans réserve les fouilles menées par Israël dans la ville occupée ; et déclarent illégal tout changement causé par l'occupation israélienne dans la vieille ville d'Al Qods et ses environs. Sur la base de ces déclarations sans équivoque, la Commission réaffirme l'absurdité et le caractère nul et non avenu de tous les décrets illégaux adoptés par la Knesset israélienne pour unifier Al-Qods en tant que capitale d'Israël. À cet égard, la Commission condamne également les fermetures répétées de la mosquée Al Aqsa et affirme que ces agissements contreviennent aux instruments de droit international pertinents, y compris la Quatrième Convention de Genève, et sont susceptibles d'exacerber les sentiments religieux non seulement des Palestiniens mais aussi des Musulmans dans le monde entier.

Se référant au dernier rapport sur "le cadre juridique de l'occupation", présenté par M. Michael Lynk, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés, le 15 novembre 2017, au Comité des droits inaliénables du peuple palestinien de l'AGNU, qui établit clairement qu'Israël, la puissance occupante, a violé et continue à violer ses obligations internationales en matière de droits humains et humanitaires, la Commission exhorte la communauté internationale à user de tous les moyens appropriés pour forcer les autorités d'occupation israéliennes à mettre fin à ces graves violations des droits humains. Comme l'a déclaré sans ambages M. Lynk, «la critique sans conséquences est une recette pour la dérive et l’inaction ». Toutes les parties prenantes doivent donc intensifier leurs efforts et solliciter un avis consultatif auprès de la Cour internationale de Justice sur la manière de faire cesser les violations des droits de l'homme, y compris les exécutions extrajudiciaires, et d’en faire assumer la responsabilité à Israël en tant que crimes de guerre.

La CPIDH regrette l'inaction du Conseil de sécurité de l'ONU malgré tous les développements récents, qui montrent que les conditions humanitaires, socioéconomiques et sécuritaires dans tous les territoires palestiniens occupés continuent de s'aggraver devant le mépris flagrant d'Israël pour les droits humains et humanitaires. La CPIDH exprime également sa déception à la suite des récentes célébrations organisées par la Grande-Bretagne à l'occasion des 100 ans de la promesse de Balfour, et entérine pleinement la résolution pertinente du Conseil des ministres des Affaires étrangères (CMAE) de l’OCI condamnant ces célébrations.

D'autre part, la Commission se félicite de l'adoption des projets de résolutions approuvés par la Quatrième Commission de l'Assemblée générale (Politique spéciale et décolonisation) au début de ce mois, qui reflète le consensus international quant à l'illégalité des activités de colonisation israéliennes et l'importance de l’Agence des Nations Unies pour le travail et le secours des réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA). Afin de permettre à cette agence de surmonter ses graves déficits de financement, la CPIDH appelle tous les États membres à explorer les moyens de garantir un financement suffisant et prévisible pour le plein accomplissement du mandat confié à l’UNRWA. La CPIDH se félicite du récent accord de réconciliation entre les différentes factions palestiniennes et souligne l'importance de l'unité entre les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza en tant que condition cruciale pour renforcer la lutte du peuple palestinien contre l'occupation israélienne.

La CPIDH réitéré par ailleurs son appel à la communauté internationale, et en particulier au Conseil de sécurité, à l'Assemblée générale et au Conseil des droits de l'homme ainsi qu’au Quartet en vue d’assumer leurs responsabilités et de mettre fin aux violations israéliennes répétées, graves et systématiques contre les individus, les terres et les lieux sacrés dans les territoires palestiniens occupés. Ceci étant, et afin d'avoir une image complète et claire de l'état actuel des violations des droits humains, la Commission a l'intention d'effectuer une autre visite de terrain en Palestine (Cisjordanie et Gaza) et de présenter un rapport factuel à la prochaine session du CMAE de l’OCI.

La Commission exhorte les États membres pour se joindre au mouvement en cours de boycott sur les produits provenant des colonies israéliennes, de désinvestissement et de sanctions. Elle invite également les États membres de l'OCI à prendre l'initiative de fournir un appui politique, économique et diplomatique, à tous les niveaux, au peuple palestinien dans sa lutte pour la reconnaissance de son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'établissement de son propre Etat indépendant, viable et continu, avec Al-Qods Al-Sharif comme capitale, y compris le droit incontestable au retour dans ses foyers et au recouvrement de ses biens spoliés, tel que consacrés par les diverses résolutions pertinentes des Nations Unies, et garantis par la législation et le droit international.

********************************

Pour plus d’informations : veuillez visiter le site Web de la CPIDH : www.oic-iphrc.org


 
 
NEWS

plus de nouvelles ...