Commission Permanente Indépendante des Droits de l’homme (CPIDH) de
l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI)
Protéger et promouvoir les droits de l'homme dans le monde musulman et au-delà

La CPIDH de l'OCI a condamné la perte de vies innocentes dans la Ghouta orientale en Syrie, et appelé à une cessation immédiate des hostilités contre les civils et au respect des lois humanitaires et des droits de l'homme

Date:3/1/2018

La Commission Permanente Indépendante des Droits de l'Homme (CPIDH) de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) a exprimé son profond choc et son angoisse face à la perte de centaines de vies innocentes, dont des femmes et des enfants, lors de la récente escalade des hostilités dans la Ghoutha orientale en Syrie, dans l'un des pires épisodes de violence dans la guerre incessante de sept ans.

La Commission a confirmé que le fait de cibler des civils innocents non combattants constitue une transgression grossière des enseignements et des traditions islamiques et une violation grave du droit international des droits de l'homme, ce qui équivaut à des crimes de guerre. Tout en condamnant fermement les violations des droits de l'homme en cours, la CPIDH a rappelé à toutes les parties du conflit en Syrie de leurs obligations de protéger les civils et de se conformer au droit international humanitaire et aux droits de l'homme.

La Commission a fait écho à l'appel catégorique du Secrétaire Général des Nations Unies que « la Ghouta orientale ne peut pas attendre. Il est grand temps d'arrêter cet enfer sur terre », ainsi que le rappel par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme au Conseil de Sécurité des Nations unies de faire traduire les discours aux actions pour arrêter les souffrances humaines colossales. Tout en se félicitant de l'adoption de la résolution 2401 du Conseil de Sécurité, la Commission a appelé les parties du conflit syrien à cesser immédiatement les hostilités et à garantir une "pause humanitaire durable" pour permettre l'acheminement sans entraves de l'aide humanitaire et médicale pour les malades et blessés.

La Commission a également exhorté les Nations Unies et les principales parties prenantes à accélérer la conclusion d'un accord négocié et inclusif de paix pour mettre fin à la crise prolongée en Syrie, qui représente la pire catastrophe humanitaire et de réfugiés de notre temps, qui a coûté plus d'un million et demi de vies et forcé plus de 10 millions à être déplacés de leurs maisons.

Plus Communiqués de presse