Commission Permanente Indépendante des Droits de l’homme (CPIDH) de
l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI)
Protéger et promouvoir les droits de l'homme dans le monde musulman et au-delà

La CPIDH-OCI condamne fermement l'acte terroriste ayant coûté la vie à 49 musulmans innocents dans les deux mosquées de Christchurch et appelle le Gouvernement Néozélandais à traduire rapidement en justice les auteurs de ce crime odieux, tout en assurant la sécurité de toutes les minorités, y compris les groupes religieux.

Date:3/15/2019

Djeddah, le 15 mars 2019

La Commission Permanente Indépendante des Droits de l'Homme (CPIDH) de l'OCI a condamné avec la plus grande fermeté les deux attaques terroristes perpétrées contre des musulmans innocents lors de la prière du vendredi, aux mosquées Al Nour et Lindwood, à Christchurch City, en Nouvelle-Zélande. En effet, ces attaques odieuses ont jusqu’à date causé de pertes en vies humaines ( 49 musulmans tués), y compris de jeunes enfants, et une dizaines de blessés, dont plusieurs victimes se trouvent dans un état critique. En exprimant ses condoléances aux familles éplorées en cette douloureuse circonstance, la Commission exhorte le Gouvernement Néo-zélandais à traduire en justice les auteurs de ce grave crime dans les meilleurs délais possibles, tout en prenant des dispositions concrètes pour assurer la sécurité de toutes ses minorités, y compris les groupes religieux.

 

Il convient de noter que ce massacre perpétré à travers ces attaques terroristes choquants constituent un autre signe précurseur de dangers lié à l'escalade de la haine et de l'intolérance religieuses, dont notamment la tendance grandissante de l'islamophobie. En outre, ces actes confirment également la position que l'OCI ne cesse de répéter  à plusieurs occasions, selon laquelle le terrorisme n'a de lien avec aucune race encore moins une religion, et  que la communauté internationale doit s'unir pour lutter contre cette menace à tous les niveaux. Par conséquent, la Commission a souligné la nécessité de procéder à un examen plus poussé des causes profondes de ces attaques, fondées sur des craintes injustes et stéréotypées des minorités et des migrants, ainsi que sur des récits populistes d'extrême droite, renforçant les hypothèses de la crise d'identité et des préoccupations sécuritaires d'ordre national. Pour preuve, l'on note l'odieuse excuse du Sénateur Australien Fraser Anning, qui tente sans gêne de justifier cet acte.

 

La CPIDH a plusieurs fois averti que le discours de haine est devenu une épidémie et un réel danger pour la paix mondiale, les fondements de l'ordre démocratique et les valeurs multiculturelles des sociétés modernes. Le fait que le principal suspect de cet attentat terroriste ait publié un manifeste à l'avance dans lequel il a explicitement déclaré qu'il s'inspirait du terroriste qui avait attaqué l'église de Charleston en 2015, montre à suffisance que ces attaques sont stimulées par la propagande des extrémistes d'extrême droite et des populistes, prônant le discours de haine contre les minorités.

 

À cette fin, la CPIDH réitère ses mises en garde antérieures selon lesquelles de nombreux partis politiques d'extrême droite, se faisant prévaloir du prétexte de la liberté d'expression, exploite le discours de haine pour diaboliser et promouvoir la discrimination à l'égard des minorités, des migrants et des réfugiés dans leur pays, ce qui pourrait conduire naturellement à des violences. Par conséquent, la Commission insiste sur la nécessité d'un engagement renouvelé au plus haut niveau, aux plans international et national, pour lutter contre toutes les formes de discours d'incitation à la haine et de propagande populiste à l’égard d’une race, d’un groupe ethnique ou religieux, dont notamment les migrants, les réfugiés et les minorités dans le monde entier. En outre, elle a ajouté que la lutte contre le nationalisme populiste exige le reforcement des stratégies intellectuelles et culturelles, en mettant l'accent sur l'acceptation et la promotion d'un multiculturalisme démocratique, égalitaire et interactif.

 

*************************

Pour plus d'informations: Veuillez visiter le site Web de la CPIDH: www.oic-iphrc.org

 

Plus Communiqués de presse