Commission Permanente Indépendante des Droits de l’homme (CPIDH) de
l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI)
Protéger et promouvoir les droits de l'homme dans le monde musulman et au-delà

La Commission Permanente Indépendante des Droits de l'Homme de l'OCI condamne fermement la recrudescence des actes de violence perpétrés par des extrémistes bouddhistes contre les Musulmans au Sri Lanka et invite le gouvernement à protéger sa Minorité Musulmane conformément à ses obligations en vertu du droit international des droits de l'homme

Date:5/18/2019

Djeddah, le 18 mai 2019 :

La Commission Permanente Indépendante des Droits de l'Homme de l'OCI (CPIDH) suit avec une profonde inquiétude la recrudescence des actes de violence et des attaques perpétrés par des loubards et des extrémistes nationalistes bouddhistes contre les musulmans dans de nombreuses régions du Sri Lanka, touchant notamment leurs maisons, leurs mosquées et leurs commerces.  Tout en se félicitant de la condamnation sans équivoque exprimée par le gouvernement et divers dirigeants politiques, religieux et communautaires contre cette campagne de  haine et de  violence menée ces derniers temps contre les Musulmans, la CPIDH invite les autorités   Sri Lankaise à prendre les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité  de sa population Musulmane et d'autres minorités, y compris les groupes religieux, tout en prenant des mesures concrètes et urgentes pour traduire en justice les auteurs des récents crimes odieux, dans le but de prévenir davantage de violence à l'avenir.

Quant aux attaques lâches effectuées le mois dernier, ciblant des églises et des hôtels au Sri Lanka, la Commission a réitéré sa position ferme contre le terrorisme qu’elle considère, sous toutes ses formes, comme une grave violation des droits de l'homme. Á cet effet, elle a souligné qu'aucune communauté ne doit être tenue responsable des actions de quelques extrémistes de toute une religion. Elle a en outre rappelé qu'elle avait averti à maintes reprises que le discours de haine était devenu une épidémie qui menace gravement la coexistence pacifique des communautés locales, portant ainsi atteinte aux valeurs du multiculturalisme des sociétés modernes. De plus, des extrémistes de nombreux partis politiques d'extrême droite et des nationalistes continuent d’exploiter le discours de haine pour diaboliser et promouvoir la discrimination à l'égard des minorités, des migrants et des réfugiés dans leur pays, pour des gains politiques minables, ce qui conduit souvent à la violence contre de groupes cibles, qui finit par affaiblir les fondements socioculturels de leurs sociétés respectives, a-t-elle ajouté.

Par conséquent, la Commission insiste sur la nécessité d'un engagement renouvelé au plus haut niveau, tant au plan national qu’international, pour lutter contre toutes les formes de discours d’incitation à la haine et de propagande populiste contre une race, un groupe ethnique ou religieux, en particulier les migrants, les réfugiés et les minorités à travers le monde. La lutte contre la montée des courants nationalistes populistes exige également le renforcement des stratégies intellectuelles et culturelles en mettant l'accent sur le dialogue, le respect et l’acceptation mutuels, ainsi que la promotion d'un multiculturalisme démocratique, égalitaire et interactif, a-t-elle ajouté.

 

********************************

 

Pour plus d’informations : Veuillez-vous rendre au site Web de la CPIDH : www.oic-iphrc.org

Plus Communiqués de presse